Arvier

Arvier se situe à 776 mètres d’altitude, dans une petite cuvette où sont cultivées des vignes en témoignage de l’obstination des hommes à utiliser toute la terre disponible : C’est ici qu’est produit le célèbre vin rouge « Enfer d’Arvier », un des premiers vins valdôtains à obtenir l’appellation A.O.C. : La saveur sèche et les notes de rose sauvage vous raconteront l’histoire de ce village et de ses habitants qui, avec un dur labeur, édifièrent au cours des siècles les terrasses se trouvant sur le versant le plus ensoleillé.
À l’époque romaine, ce village s’appelait Arebrigium (de are=à côté et briga=hauteur) et servait de campement militaire le long de la voie pour les Gaules dont l’on peut encore voir quelques tronçons récemment restaurés.
L’église de la paroisse avec son musée d’art sacré est dans le centre du village, ainsi que le campanile roman et le château La Mothe, construit vers la fin du XIIIème siècle. Vous pourrez découvrir les fresques de l’hospice des pèlerins fondé en 1368 dans le proche hameau de Leverogne.
Le château suggestif de Montmayeur, dont il reste la tour cylindrique, se rejoint facilement à pied en partant du hameau Grand Haury (à 10 minutes en voiture du chef-lieu) où se trouvent encore d’antiques moulins et des scieries à eau.
En montant en voiture dans le Valgrisenche, il est possible d’observer le sanctuaire de Notre-Dame de Rochefort qui a comme toile de fond le magnifique glacier du Château Blanc. Le hameau de Planaval, avec sa tour sévère érigée au XIVème siècle, est aussi le point de départ pour de splendides itinéraires de ski de randonnée dans le massif du Ruitor et pour des descentes enivrantes en héliski. Vous pouvez aussi visiter la maison forte de Planaval.
Le sentier panoramique qui mène à la réserve naturelle du Lac Lolair part du hameau La Ravoire où se trouvent des exemples d’architecture du bas moyen-âge et un mur d’escalade pour les passionnés de la grimpe.
Arvier est le village de naissance de Maurice Garin, gagnant du premier Tour de France en 1903. Comme de nombreux valdôtains, il avait émigré en France pour devenir ramoneur. Quand il commença à pédaler, son surnom devient « le petit ramoneur » car il était menu et fluet. Il gagna le premier Tour en 94 heures et 33 minutes, avec une moyenne de 25,679, en pédalant sur une bicyclette à roue fixe de 16 kg ! Sa résistance était légendaire : Il gagna deux Paris-Roubaix et une Paris-Brest-Paris (1 200 km, deux jours et deux nuits de course !) en se détachant des autres pendant plus de deux heures. Disqualifié lors du Tour de 1904 car il s’était accroché à une voiture pour se faire traîner, il s’est retiré des courses.

 
Meteo
Meteo

Détails
Aosta
°C
°C
Zones touristiques
Zones touristiques

Mont-Blanc

Grand Paradis

Grand-Saint-Bernard

Aoste et environs

Mont-Cervin

Mont-Rose

Vallée Centrale

Webcam
Webcam